Vers une vie réussie

Les secrets du kava, cette plante méconnue

kava
Image Source: WikiMedia Commons

Le kava est une plante originaire des îles du Pacifique. Racine d’un arbuste membre de la famille du poivrier, le kava est cultivé depuis des milliers d’années par les peuples indigènes. Connue, entre autres, pour ses propriétés anesthésiantes, relaxantes et euphorisantes, l’utilisation de ce végétal mystique reste cependant interdite dans certains pays. Découvrons ensemble les origines du kava, son utilisation, ses bienfaits, mais aussi les controverses qu’il soulève.

L’histoire du kava 

Le kava est connu dans le monde sous différents termes. Piper methysticum, kava kava, sakau, kawakawa ou encore yaqona : les appellations sont variées. Quelle que soit la manière dont on le nomme, le kava est cultivé et utilisé depuis de très nombreuses années par les peuples indigènes des îles du Pacifique dans le cadre de la vie spirituelle, culturelle et politique.

Le kava correspond, pour être exact, aux racines d’un arbuste proche du poivrier sauvage, que l’on obtient uniquement par culture. La légende, issue de la littérature orale, raconte que le premier kava  a poussé sous la tombe d’un chef avant d’être rongé par un rat. Les effets sur ce dernier n’ont pas tardé à être remarqués par les hommes qui, curieux, imitèrent l’animal.  

La consommation humaine du kava s’effectue initialement et traditionnellement sous forme de boisson. Les racines sont préalablement trempées puis pressées et souvent mélangées à l’eau, de manière à obtenir un liquide épais de couleur grisâtre. Cette mixture étrange est connue pour son goût amer et son odeur rappelant la réglisse.

On le retrouve cependant également sous la forme de gélules ou de sachets en poudre, plus tardivement, dans d’autres parties du monde. Les caractéristiques de la plante sont cependant quelque peu atténuées lorsque celle-ci se présente de cette manière.

Le kava est généralement utilisé lors de cérémonies d’ordre religieuses ou politiques, mais également parfois au cours de simples activités de loisirs. Il est particulièrement prisé pour ses caractéristiques hors du commun. La légende affirme que le partager est un signe d’amitié. La consommation du kava est donc également très liée à la création de liens sociaux.

Les propriétés du kava 

Le kava tend à être assimilé à une potion magique. D’où provient l’aspect mystique qu’on lui prête ? Probablement de ses propriétés particulièrement intéressantes. En effet, le kava est connu pour ses multiples vertus.

La plante est tout d’abord excellente contre le stress et l’anxiété. Elle apporte à son consommateur une sensation d’apaisement et de relaxation intense. Des études scientifiques sur ces racines méconnues menées entre les années 1990 et 2005 dans différents pays affirment que le kava est plus efficace qu’un placebo pour soulager l’anxiété médicalement reconnue.

Parallèlement, le kava est un formidable antidépresseur. Il provoque chez celui qui le consomme une forme d’euphorie et d’optimisme. Les études démontrant le pouvoir du kava sur les troubles de l’anxiété affirment également que ce dernier pourrait tendre à remplacer les médicaments antidépresseurs et les benzodiazépines. Son utilisation offre les mêmes résultats, avec certains effets secondaires néfastes en moins.

Le kava est également connu pour lutter contre l’insomnie. Il aurait un effet sédatif. Les études menées à ce sujet doivent cependant être développées. A ce stade, on peut le considérer comme équivalent à un placebo.

A hautes doses, le kava provoque également des effets hypnotiques. Il pourrait s’apparenter aux effets agréables recherchés parfois lors de la consommation d’alcool. Beaucoup racontent d’ailleurs que le kava permet aux gens d’échanger entre eux durant les cérémonies de manière beaucoup plus fluide et sereine. Il a cependant l’avantage de n’être ni un hallucinogène, ni un stupéfiant ; et de ne provoquer aucune dépendance ni accoutumance !

Enfin, le kava est considéré comme un anesthésiant. Au moment de le boire, les lèvres et la langue se retrouvent presque indolores.

En raison de ses nombreuses propriétés qui pourraient être intéressantes à exploiter dans un cadre médical et thérapeutique, le kava est au coeur d’un enjeu économique, notamment dans les années 80 et 90.  En effet, ce dernier pourrait devenir une véritable alternative douce aux traitements médicaux lourds.

Les contre-indications actuelles du kava 

Il faut cependant noter que la consommation de kava est aujourd’hui interdite, ou restreinte à des quantités homéopathiques spécifiques, dans certains pays, dont la France et la Suisse ou encore la Grande-Bretagne. Ces limitations se basent sur différentes données, plus ou moins récentes.

En effet, des études menées au cours des années 2000 affirment que la consommation de kava, y compris sous sa forme thérapeutique, peut être à l’origine d’atteintes hépatiques graves. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé compte environ 68 cas au niveau international.

D’autre part, toujours dans les années 2000, une autre étude proclame que la consommation de kava peut profondément altérer la vision et la coordination motrice. Cette étude relève cependant une différence majeure entre l’utilisation du kava industriel et l’utilisation du kava sous sa forme traditionnelle. Malgré ces précisions, l’information reste controversée puisque les plus grands pays consommateurs de kava ne sont pas particulièrement touchés par ces maux.

Enfin, les extraits industriels du kava sont généralement nocifs, non pas en raison de la plante elle-même, mais des éléments toxiques qui y sont ajoutés. On retrouve, entre autres, des traces de benzène, qui est une composition organique particulièrement cancérigène aux effets secondaires divers.

Le kava, au-delà des controverses 

Le kava, au coeur des polémiques, est tiraillé entre partisans et opposants. Dans la vie, les réponses ne sont pourtant que rarement toute noires ou toute blanches. Les visions manichéennes ne permettent pas de percevoir les nuances de gris, pourtant prédominantes dans de nombreux domaines. Il est important de comprendre qu’il existe généralement une part de vrai et de faux en chaque chose et que cette dernière dépend du point de vue duquel on l’observe.

La connaissance et l’expérience de certains chamans affirment que les plantes sont des êtres vivants conscients. Lorsque ces dernières sont consommées, dans un cadre bien spécifique, elles sont en mesure de nous transmettre des informations nécessaires à notre parcours d’incarnation terrestre en modifiant notre état de conscience. C’est précisément ce qui se produit lors de certaines diètes chamaniques, avec la prise de plante telle que l’Ayahuasca.  

Comme dans tous les domaines, cette pratique est souvent détournée de sa fonction première et industrialisée pour des profits financiers. De même, beaucoup de personnes s’autoproclament chamans, sans en avoir les compétences. C’est souvent dans le cadre de ces détournements et de ces débordements que se produisent des accidents et autres résultats néfastes.

Il en va de même pour tout, il faut agir en conscience et avec connaissance.  Il est indispensable de savoir que ce type d’expérience doit s’effectuer au travers d’une préparation mentale, spirituelle et physique très précise, et auprès de réels connaisseurs qui peuvent vous guider.

De même, tout le monde n’a pas la nécessité à vivre cette expérience. On peut l’envisager au cas par cas. Une nouvelle fois, il est capital de suivre son intuition et de questionner sa notion de besoin. Nous n’avons pas tous les mêmes besoins en terme de développement personnel. Cette communion particulière avec l’esprit des plantes ne doit pas être effectuée dans un objectif de distraction ou de plaisir, mais pour des raisons plus profondes.

Les substituts légaux au kava 

Si vous souhaitez profiter des propriétés du kava en toute légalité, il est possible de trouver, dans une certaine mesure, des alternatives. Il existe une immense diversité de plantes dont les bienfaits sont multiples au quotidien.

Le stress et l’anxiété sont des fléaux dans la vie d’un grand nombre de personnes. Afin d’apaiser ces états désagréables, il est possible d’avoir recours à la mélisse, la valériane, la rhodiole, l’aubépine ou encore la passiflore.

Il nous arrive tous de souffrir de déprimes passagères, voir même, dans certains cas, de dépression. Qu’il s’agisse d’une simple petite baisse de morale, ou d’un réel état de tristesse profonde, quelques plantes, seules ou en compléments d’un autre traitement peuvent vous être utiles. Ne vous privez pas du ginseng, du safran, du ginkgo biloba, du millepertuis ou encore de la scutellaire.

En cas d’insomnies, ou de difficultés ponctuelles à vous endormir, il est aussi possible de profiter de quelques astuces naturelles sédatives et relaxantes. Optez pour le houblon, l’estragon, le tilleul ou encore le boldo.

Il est possible de consommer ces plantes de diverses manières. En tisane, en salade, en épices, en gélules, en diffuseur…. Vous trouverez nécessairement le moyen qui vous correspond le mieux. Sachez également que certaines existent sous forme d’huiles essentielles. En cas de questions ou de doutes, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

S’il n’existe pas de plante magique légale qui accroît la confiance en soi et la sociabilité, il reste possible de vous tourner vers les fleurs de Bach. Les fleurs de Bach sont des élixirs floraux obtenus à l’issue d’un procédé spécifique dans l’objectif de bénéficier de l’énergie vibratoire des fleurs. Les fleurs de Bach traitent des maux physiques comme spirituels et chacun bénéficie de ses propriétés.

Voici quelques exemples de fleurs de Bach recommandées pour accroître la confiance en soi : Larch, Mimulus ou encore Elm. Il existe également un remède Rescue composé de plusieurs fleurs qui peut vous être utile.

Le kava, potion antique méconnue aux propriétés multiples, connaît aujourd’hui certaines contre-indications. Au-delà des débats qui peuvent animer l’interdiction ou la restriction de son utilisation, l’exemple du kava nous rappelle combien la nature regorge de remèdes capables de répondre aux maux humains. Si ces premiers sont à utiliser avec prudence et savoir-faire, ils restent le témoignage de la richesse des messages et capacités de la vie végétale qui nous entoure.

Laisser un commentaire